Rechercher des Cours par mots clés

Rechercher des cours par Filière :

Révision sous forme de QCM/QCS du programme du 2ème trimestre.

Les Euastéridées I sont les Angiospermes à pollen triaperturé, à fleur gamopétale hypogyne et qui synthétisent des iridoïdes et alcaloïdes. Trois ordres sont abordés dans ce cours : l'ordre des Gentianales incluant la famille des Apocynaceae, l'ordre des Lamiales avec les familles des Lamiaceae, des Oleaceae et des Plantaginaceae et enfin l'ordre des Solanales avec la famille emblématique des Solanaceae. 

Le scandium et l'yttrium sont des éléments de transition d'apparence métallique, qui  possèdent un comportement chimique proche de celui des lanthanides, et sont classés  historiquement parmi les terres rares, avec les lanthanides.  Dans la nature, il ne se rencontre jamais à l'état natif, mais le plus souvent combiné avec des lanthanides dans des minerais de terres-rares.

Le vanadium est un métal blanc et brillant, ductile et dur.

Le niobium a été nommé ainsi d'après Niobé, la fille de Tantale, parce que le tantale découvert plus tôt était un mélange de tantale et de cet élément. Le niobium se présente sous la forme d'un métal brillant de couleur grise.

Le tantale est un métal gris-bleu, est lourd, dur et ductile.

Le titane est un métal léger, résistant, d'un aspect blanc métallique, qui résiste à la  corrosion. Il est principalement utilisé dans les alliages légers et résistants 

Le zirconium se présente sous la forme d'un métal dur, argenté et satiné. Le zirconium  est présent dans la zircone, dont les cristaux taillés scintillent autant que les diamants.  

Gris argenté, l’hafnium est assez proche du zirconium chimiquement parlant. Ils sont  d'ailleurs très durs à séparer, dans l'air et dans l’eau. L’hafnium ne se corrode pas, mais il est  recouvert d'un film d'oxyde, un peu comme l'aluminium. Seul l'acide fluorhydrique peut l'attaquer. Une des différences avec le zirconium

Depuis la domestication des plantes et des animaux, l’être humain a toujours mobilisé des techniques pour améliorer les performances de ce que la nature avait mis à sa disposition. Les découvertes scientifiques sur le support de l’information génétique, le développement du génie génétique et des biotechnologies ont permis à l’homme d’obtenir les qualités recherchées chez ces organismes en manipulant et modifiant directement leurs génomes. Ainsi sont nés les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

Les éléments de ce groupe se caractérisent par des corps simples métalliques qui ont  des points de fusion élevés, des pressions de vapeur parmi les plus basses, Sur la surface de  ces trois métaux, il se forme à température ambiante une couche d'oxyde entravant souvent les  réactions chimiques destructrices. 

La dénomination du nom chrome s'explique par le mot latin chroma signifiant  "couleur, couleurs à teintes vives" 

L'existence du tungstène est soupçonnée pour la première fois par Woulfe en 1778 par l'examen du wolframite.

Les plantes sont en permanence présentes dans notre quotidien, que ce soit dans les jardins, dans notre alimentation ou faisant partie des remèdes utilisés. Les plantes, parce qu’elles sont naturelles, sont considérées à tort comme non dangereuses. Cependant, les plantes toxiques sont nombreuses et leur mésusage abouti à des intoxications graves, voire mortelles.

Le principal élément de ce groupe c’est le manganèse, il a une très grande importance
en chimie, dans l’utilisation pour ses propriétés oxydantes du permanganate de potassium.
Le technétium est un élément radioactif, c’est l'élément le plus léger. Couleur grise 
métallique, rarement présent dans la nature. Son nom provient du grec, signifie « artificiel » : il a été le premier élément chimique produit artificiellement.
Le rhénium n’existe pas dans la nature qu’a l’état de traces. Le corps simple rhénium
est un métal argenté qui résiste bien à la corrosion et a une tolérance exceptionnelle à la
chaleur.

Les éléments ou métaux de transition forment le bloc d du tableau de Mendeleïev, leur configuration électronique est caractéristique : ils possèdent en général deux électrons s dans la couche externe et un nombre croissant d’électrons dans une sous-couche d. En passant d’un métal de transition à un autre, ce n’est pas la couche externe mais une couche interne qui se modifie, les différences entre les propriétés d’un élément et celles de ses voisins sont moins prononcées que dans les principaux groupes.

L’analyse qualitative minérale permet la détermination de la nature des ions contenus  dans une substance donnée. Elle comporte deux méthodes :

Voie sèche : la substance étudiée ainsi que les réactifs utilisés pour l’identifier sont à  l’état solide. On réalise les réactions en faisant appel à des méthodes physiques : coloration de  flamme, tests de diffusion, étude microcristallographique etc…

Voie humide : la substance est dissoute dans un solvant approprié (généralement  l’eau). Les corps étudiés sont en générale des acides, des bases ou des sels que se scindent  spontanément dans l’eau en ions hydrates. Donc nous aurons à identifier les ions (cations et  anions). En analyse qualitative minérale on identifie les ions à l’aide des réactifs  caractéristiques. Ces réactions ne sont mises en œuvre que lorsque l’ion recherché est  totalement ou partiellement isolé des autres. Ceci implique la séparation préalable des ions  contenus dans la solution de départ appelée « liqueur primitive ».

La connaissance et la pratique de ces réactions présentent un grand intérêt pour le
chimiste et plus encore pour le pharmacien.