Publications et Ouvrages des Enseignants

par Ahmed Remili, lundi 27 février 2017, 00:11
Tout le monde sur ce site

Gros enfant

Plan
du cours
 :

I. Définition-généralités

II. Dépistage Diagnostic positif

III. Pronostic obstétrical

IV. Accouchement du gros enfant :

- Consultation préanesthésique

- La césarienne prophylactique

- Déclenchement du travail

- Marche du travail

          Dystocie des
épaules :

          Fréquence

          Mécanisme de
l’accouchement des épaules

          CAT devant
une dystocie des épaules :

           Manœuvres
obstétricales

V. Complications

VI. conclusion


 

 

 i. Définition-généralité :

La macrosomie fœtale se définie par un poids de
naissance à terme > à 4 000 g, au-dessus du 90e percentile pour un âge
gestationnel donné.

La macrosomie est dite manifeste si l’estimation du
poids fœtal > 4500 g et/ou
97e percentile.

Les risques traumatiques de l’accouchement sont liés
au poids absolu de l’enfant non pas au percentile.

Ces enfants ont un DBP 100 mm et un diamètre bi-acromial 140 mm.

Ils exposent à deux risques :

- La disproportion céphalo-pelvienne

- La dystocie des épaules.

Seuls le dépistage et la connaissance des manœuvres
pour traiter la dystocie des épaules permettent 
la prévention des complications.

 

 ii. Diagnostic positif

    Clinique :

Recherche de facteurs de risque à l’interrogatoire.

Mesure de la hauteur utérine (HU) 36 cm et de la circonférence péri-ombilicale (CPO) > 110 cm

Estimation du poids fœtal (en g)= CPOxHU

 

Facteurs de risque de macrosomie fœtale et de
dystocie des épaules.

Antécédents

Critères de la grossesse en cours

Poids de naissance maternel

Dystocie des épaules

Macrosomie

Diabète pré-existant

Diabète gestationnel

Obésité

Multiparité

Age maternel > 35 ans

Diabète gestationnel

Prise de poids excessive

Suspicion de macrosomie fœtale

Grossesse prolongée et terme dépassé

 

   Echographie
près du terme
 : fait suspecter une macrosomie :

DBP ≥ 100 mm

PA
≥ 380 mm

DAT
> 100 mm

LF
> 77 mm

 

 iii. Pronostic
obstétrical :

Dépend
de l’évaluation du bassin maternel, d’abord clinique et par radiopelvimétrie
chaque fois qu’il existe un doute sur la qualité du bassin.

Chez
la femme obèse l’évaluation clinique du bassin est souvent difficile.

Une
confrontation céphalo-pelvienne sera donc réalisée chaque fois qu’il y a un
doute sur la perméabilité du bassin.

 

 iv. Accouchement
du gros enfant
 :

- Consultation pré-anesthésique : d’autant plus que le
diagnostic du gros enfant se fait chez les femmes obèses, hypertendues ou diabétiques.

- La césarienne prophylactique : indiquée en cas de :

üPathologie
maternelle associée (diabète, hypertension)

üPrésentation de
siège

üUtérus
cicatriciel

üAntécédent de
dystocie des épaules avec ou sans atteinte du plexus brachial.

üAnomalie du
bassin (bassin rétréci ou limite)

üMacrosomie
manifeste
5000 g chez la femme non diabétique et 4250 g chez la femme diabétique.

 

- Déclenchement du travail : De nombreux obstétriciens
pensent qu’il est raisonnable de provoquer l’accouchement avant que le poids du
fœtus ne devienne excessif et n’entraîne une augmentation du risque de
complications liées à la macrosomie fœtale en cas de conditions obstétricales
favorable à l’accouchement par voie basse.

- Marche du travail :

Devant toute suspicion
de macrosomie, l’équipe complète doit être informée de l’arrivée de la femme en
salle de travail.

La surveillance fœtale avec ERCF
couplé à la tocographie. La prise en charge par le pédiatre est nécessaire même
en cas travail sans incident.

La surveillance du travail :

Des anomalies de la dilatation
peuvent s’observer d’autant plus que l’enfant est plus gros.

Elles sont dues soit à une
disproportion céphalo-pelvienne non ou mal appréciée, soit à une dystocie
dynamique (hypercinésie). La césarienne sera vite réaliser si pas
d’amélioration rapide.

Mécanisme de l’accouchement des épaules :

Lors de l’accouchement normal, le diamètre bi-acromial
s’oriente dans un des diamètres obliques du détroit supérieur afin de permettre
à l’épaule postérieure de se loger dans la concavité sacrée ou dans
l’échancrure sacrosciatique alors que l’épaule antérieure se glisse derrière la
symphyse. Puis, en même temps qu’elles descendent, les épaules se tournent dans
l’axe antéropostérieur du pelvis moyen au même temps que la tête fœtale
effectue une rotation de restitution qui est spontanée.
Habituellement, le diamètre bi-acromial est compris entre 12 et 13 cm et sa
réduction par tassement permet aisément le passage du détroit supérieur.

 

 

Dystocie des épaules :

Sa fréquence augmente avec l’augmentation du poids fœtal.
Elle est plus fréquente si PF
4500 g

En théorie, on décrit trois degrés de DE selon une
sévérité croissante :

– légère compression d’un gros enfant avec mécanisme
normal de rotation (difficulté aux épaules) ;

– dystocie unilatérale où l’épaule postérieure est
engagée dans le pelvis, mais où l’épaule antérieure reste au-dessus de la
symphyse pubienne ;

– dystocie bilatérale où les deux épaules restent
au-dessus du détroit supérieur.

 

 

CAT devant une dystocie des épaules :

· La première étape de la prise en charge est de savoir reconnaître
rapidement la DE :

La tête fœtale 
aspirée à la vulve.

On retrouve le moignon de l’épaule antérieure
au-dessus de la symphyse pubienne.

Rapidement en l’absence de l’intervention adéquate de
l’accoucheur, la tête fœtale  se cyanose
et le décès fœtal  peut survenir dans les
5 à 10 min.

· Garder son calme,

· Intervenir rapidement mais sans précipitation et sans improvisation.

· L’analgésie doit être parfaite, la péridurale suffit souvent mais en
cas d’agitation ou de douleur, une anesthésie générale sera réalisée.

· Effectuer une large épisiotomie si elle n’a pas encore été réalisée.

· Manœuvres obstétricales :

Manœuvre de MacRoberts : nécessite un aide de chaque côté etconsiste à dégager les pieds des étriers et exercer
une flexion exagérée au niveau des hanches et des genoux, amenant ainsi les
genoux de la patiente au contact de son thorax.

Cette manœuvre permet l’ascension de la symphyse qui
va glisser sur l’épaule antérieure. Une pression supra-pubienne si nécessaire,
légèrement oblique, exercée par un troisième assistant, est systématiquement
associée à l’hyperflexion des cuisses.

Autres manœuvres : si échec de la manœuvre
précédente on aura recours à soit la manœuvre de JACQUEMIER, soit la manœuvre
de WOOD inversé (modifiée).

 

 v. Complications :

La traction forcée et prolongée qui ne peut permet
l’accouchement qu’au prix de traumatismes materno-fœtaux.

1) Fœtales :

La dystocie des épaules s’accompagne souvent de souffrance
fœtale aiguë, voire le décès fœtal en l’absence d’intervention rapide et
efficace de l’équipe d’accouchement.

Fracture de la clavicule et ou de l’humérus ;

Le principal risque est l’atteinte du plexus brachial
(racine de C5 à D1) soit par simple élongation voire la rupture.

2) Maternelles :

Déchirures du périnée, du col et vaginales de degrés
variables ;

Risque d’inertie utérine et d’hémorragie de la
délivrance.

 

 vi. Conclusion :

La reconnaissance de la macrosomie fœtale  est difficile même à l’aide de l’échographie,

La  solution est
la prévention des complications de la DE par une prise en charge adaptée au
moment de l’accouchement, par une parfaite maîtrise des manœuvres obstétricales
qui doit être codifiée.

L’équipe obstétricale doit être au complet en salle de
travail en cas de suspicion de macrosomie fœtale  (sage-femme, senior obstétricien,
anesthésiste et pédiatre).

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 


                                                                                                                  

                                                                                                                                                         


                                                                                                

                                                     

 

  

 

 


 
par Ahmed Remili, dimanche 26 février 2017, 23:26
Tout le monde sur ce site

Obésité et grossesse

Plan

Définition

Physiopathologie

Complications maternelles

- En cours de grossesse

- Anesthésie

- Péripartum

- Postpartum

Complications fœtales

Recommandations

- Préconceptionnelles

- Prévention des complications

- Dépistage des complications

Conclusion

 

 

 

 I. Définition :

Accumulation anormale et excessive de graisses corporelle qui
représente un risque pour la santé.

L’obésité est la maladie du siècle, elle touche à tous
les âges de la vie un nombre croissant d’individus et est responsable de
pathologies médicales spécifiques qui posent un problème de santé publique
.

Selon l’OMS IMC : indice de masse corporelle P/T² (kg/m²) ;

- < 18,5 : sous-poids,

- 18,5 IMC < 25 : poids normal

-  25 surcharge pondérale

-  30 obésité modérée (classe I)

-  35 obésité sévère (classe II)

-  40 obésité morbide (classe III)

 II. Physiopathologie :

- Elle est complexe, il s’agit d’une interaction entre
des facteurs de prédisposition biologique et génétique et des déterminants
comportementaux et environnementaux.

- Un déséquilibre de la balance Entrée-Sortie, en
fonction de :

              ˃˃ dépense énergétique de repos (dépendant
de l’âge, la masse corporelle, sexe, statut hormonal et de facteurs génétique)

 ˃˃ Activité physique-sédentarité

              ˃˃
Thermogénèse postprandiale

- L’existence
de maladie chronique évolutive.

Facteurs
favorisants :

- Mauvaise
hygiène de vie

- Alimentation
perturbée et déséquilibrée

- Poids
de naissances, enfance et parents

- Facteurs
socio comportementaux

- Facteur
endocrinien et métabolique : Diabète

- Facteur
psychologique

- Métabolisme
de base

 III. Complications maternelles :

1. Risques
périconceptionnels :

- Aménorrhée

- Dysovulations (SOPK)

- Infertilité avec diminution de la libido et
dérèglement hormonale. Le risque est x 3 si IMC
27.

- Risque de grossesse inopinée et diagnostiquée avec
retard

- Risque d’ABRT spontané et répété (x 3,5)

2. Complications en
cours de la grossesse :

Risque augmenté de pathologie
vasculaire (Complications thromboemboliques), pathologie pulmonaire et HTA
gravidique, prééclampsie, diabète (DT2 ou DG) et apnée du sommeil.

 

 

3. Anesthésie :

Les patientes enceintes et obèses posent d’indéniables difficultés
d’anesthésie, en particulier en cas d’obésité morbide.

L’anesthésie générale 
doit être évitée car elle présente potentiellement un plus grand risque
de complications en raison de plus grandes difficultés d’intubation.

 

4. Péripartum :

Le dépassement de terme est plus fréquent chez les
patientes obèses.

Les taux de déclenchement sont également accrus, avec
un nombre d’échecs plus important que chez les patientes de poids normal.

 La durée du
travail est allongée, ce qui peut expliquer une utilisation plus fréquente de
l’ocytocine.

Le recours à une extraction instrumentale est
également plus fréquent et le risque de dystocie des épaules.

Le nombre accru de complications maternelles, à
l’augmentation de la macrosomie et aux conditions anatomiques particulières de
la femme obèse (« capitonnage » pelvien par le tissue adipeux)

L’augmentation d’incidences des césariennes chez les patientes
obèses, Les conditions techniques de réalisation de césarienne sont plus
difficiles.

 

5. Postpartum :

Augmentation du risque :

-  des hémorragies
du post-partum.

- Les  patientes
obèses présentent plus de risque d’infections urinaires, d’infections vaginales,
endométrite et d’abcès de paroi.

- de complications thromboemboliques, en particulier en
cas de naissance par césarienne
.

 IV. Complications fœtales :

Macrosomie

RCIU

MFIU

Difficultés des examens échographiques : visibilité
diminuée de 30 à 50 % (profondeur à atteindre et absorption des US par le tissu
adipeux)

Surveillance des MAF : moins bonne perception.

 V. Recommandations :

1) Préconceptionnelles : Avant la grossesse, favoriser la perte de
poids permet d’améliorer la fertilité et de réduire le risque de survenue de complications
liées à l’obésité au cours de la grossesse. Parfois la prise en charge est
complexe et nécessite une équipe pluridisciplinaire (médecin, diététicien,
psychologue).

Supplémentation en acide folique

 

 

2) Pendant la grossesse :

La  surveillance
obstétricale visera à dépister au plus tôt la survenue des complications.

Concernant la prise de poids idéale chez la femme enceinte obèse, les recommandations
sont controversées en sachant que l’augmentation de la prise de poids
augmentant le taux de macrosomies (mais aussi de prééclampsies et de
césariennes),

 

Un diabète devra être recherché qu’il s’agisse de DT2
ou DG.

Les examens échographiques rechercheront l’existence d’éventuelles
malformations. Il existe d’évidentes difficultés plus importantes à la
visualisation des structures anatomiques, en particulier du cœur, du diaphragme
et des reins.

 

Dans le postpartum :

 

Anticoagulation préventive si césarienne

Surveillance: thromboses, infections

 

 VI. CONCLUSION :

 

 L’obésité chez
la femme enceinte est une GHR maternel et fœtal. Elle  est directement responsable de complications
qu’elles soient maternelles ou néonatales. Une  prise en charge spécifique de la patiente obèse
semble justifiée dès avant et en cours de grossesse. Par contre, les possibilités
thérapeutiques restent limitées.

La seule arme 
actuellement c’est la surveillance pour dépister et diagnostiquer les
éventuelles complications pour une prise en charge adaptée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
Vous-même (brouillon)
Cet article porte sur la résolution d'une équation différentielle abstraite du second ordre dans un espace de Banach UMD.
[ Modifié: lundi 20 juin 2016, 09:25 ]
 
Tout le monde sur ce site
With A. Meziane and M. Tahiri.

REF.: PHYSICAL REVIEW D 88, 065002 (2013)

Abstract: We show that for open gauge theories, it is possible to build an off-shell Becchi-Rouet-Stora-Tyutin algebra together with an invariant extension of the classical action. This is based on the introduction of auxiliary fields, after having defined an on-shell invariant quantum action, where the gauge-fixing action is written as in Yang–Mills type theories up to a modified Becchi-Rouet-Stora-Tyutin operator. An application to simple supergravity is performed.
[ Modifié: vendredi 31 octobre 2014, 22:52 ]
 
par Nazim Djeghloul, vendredi 31 octobre 2014, 22:50
Tout le monde sur ce site
With M. Tahiri.

REF.: J Phys Math 2013, 5:1

Abstract: A modification of the usual extended N=2 super symmetry algebra implementing the two dimensional permutation group is performed. It is shown that one can found a multiplet that forms an off-shell realization of this alternative extension of standard super symmetry.

[ Modifié: vendredi 31 octobre 2014, 22:50 ]
 
Tout le monde sur ce site
With M. Tahiri.

REF.: PHYSICAL REVIEW D 66, 065010 (2002)

Abstract:
We present an alternative quantization for irreducible open gauge theories. The method relies on the possi- bility of modifying the classical Becchi-Rouet-Stora-Tyutin (BRST) operator and the gauge-fixing action written as in Yang-Mills type theories in order to obtain an on-shell invariant quantum action by using equations characterizing the full gauge algebra. From this then follows the construction of an off-shell version of the theory. We show how it is possible to build off-shell BRST algebra together with an invariant extension of the classical action. This is realized via a systematic prescription for the introduction of auxiliary fields.
[ Modifié: vendredi 31 octobre 2014, 22:49 ]
 
Tout le monde sur ce site
With M. Tahiri.

REF. : Modern Physics Letter A 15 (2000)


Abstract :
We develop a method to derive the on-shell invariant quantum action of the simple supergravity in such a way that the quartic ghost interactions term is explicity determined. First, we reinvestigate the simple supergravity in terms of a principal superfiber bundle. This gives rise to the closed geometrical BRST algebra. Therefore we determine the open BRST algebra, which realizes the invariance of the classical action. Then, given a prescription to build the full quantum action, we obtain the quantum BRST algebra. Together with the constructed quantum action this allows us to recover the auxiliary fields and the invariant extension of the classical action.
[ Modifié: vendredi 31 octobre 2014, 22:52 ]
 
Tout le monde (grand public)
La synthèse de quelques Δ2-1,2,3-triazolines 1,4,5-trisubstituées bicycliques effectuée par réaction multicomposés associant la cyclohexanone, une amine secondaire cyclique et divers nitrophénylazides, à température ambiante dans l’éther ou sans solvant, a conduit aux triazolines escomptées avec des rendements qui varient en fonction de la structure des azides et de l’amine utilisée. La structure des hétérocycles pentagonaux triazotés obtenus a été déterminée grâce aux méthodes spectroscopiques (IR, RMN 1H, RMN 13C).

Mots clés : Réaction multicomposés, Amines, Cyclohexanone, Azides, Triazolines, Activité biologique.

[ Modifié: samedi 9 mai 2020, 15:11 ]