Blog du site

Tout le monde (grand public)

Résumé

Introduction: Bien qu’elle soit la comorbidité psychiatrique la plus fréquente chez les patients épileptiques, la dépression demeure large- ment sous-diagnostiquée et non traitée. Cette étude a pour objectif de déterminer la fréquence hospitalière ainsi que les facteurs de risque associés à la dépression chez les patients épileptiques suivis au service de neurologie du CHU d’Oran. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective cas- témoins, menée au service de neurologie du CHU d’Oran entre Juin 2016 et Juin 2017. La dépression a été dépistée par le questionnaire NDDI-E et confirmée par la version arabe de l’échelle Hamilton. Les facteurs de risque de dépression ont été analysés par régression logistique. Résultats : Au total, 332 patients épileptiques ont participé à cette étude. L’âge moyen était de 29,8±13 ans avec une légère prédominance masculine (sex-ratio : 1.13). La dépression a été diagnostiquée chez 98 patients (29.5 %). L’analyse multivariée par régression logis- tique a retenu cinq variables dans le modèle final : le faible niveau d’instruction, la fréquence élevée des crises, les crises partielles complexes, la polythérapie et la perception de stig- matisation. Conclusion : Notre étude met l’accent sur la fré- quence élevée de la dépression chez les patients épileptiques, d’où l’intérêt d’un dépistage systématique, en particulier chez les patients analphabètes stigmatisés, souffrant de crises fo- cales complexes réfractaires.

Mots-clés

Facteurs de risque, dépression, épilepsie, cas-témoin, Algérie.

 
Tout le monde (grand public)

Résumé

Objectif : La prévalence des crises d’épilepsie est plus élevée chez les sujets atteints de maladie d’Alzheimer par rapport à la population générale du même âge. L’objectif de la présente étude est de déterminer la fréquence et les facteurs de risque d’épilepsie chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer suivis au service de neurologie du CHU d’Oran. Matériels et Méthodes : Il s’agit d’une étude descriptive rétrospective menée au service de neurologie du CHU d’Oran sur une période de cinq ans (de janvier 2015 à Décembre 2019). Les variables étudiées étaient : les caractéristiques sociodémographiques, métaboliques, cardiovasculaires, cognitives et thérapeutiques. Résultats : À partir des dossiers de 441 patients référés au service de neurologie du CHU d’Oran pour plainte mnésique, 105 patients atteints de maladie d’Alzheimer ont été identi- fiés, dont 11 (10,5%) avaient présenté au moins une crise d’épilepsie après l’installation des troubles cognitifs. Les facteurs de risque identifiés étaient la durée d’évolution de la maladie d’Alzheimer, la sévérité des troubles cogni- tifs et l’hypercholestérolémie. Conclusions : Les crises d’épilepsie sont fréquentes dans la maladie d’Alzheimer et souvent méconnues. Un interrogatoire minutieux et un examen clinique et paraclinique rigoureux s’imposent chez tout patient atteint de maladie d’Alzheimer afin d’identifier les patients à haut risque.

Mots clés

Maladie d’Alzheimer, démence, épilepsie, crise, facteurs de risque.

El Hakim N°29, Avril 2020, ISSN 2478-0227 Dépôt légal : 442-2016

 
Tout le monde (grand public)

Résumé

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune fréquente qui affecte l’intestin grêle d’individus génétiquement prédisposés. Cette maladie peut s’exprimer par un large éventail de signes extra-digestifs comprenant des anomalies cutanées, endocriniennes, hépatiques, squelettiques, hématolo- giques, gynécologiques ou encoredentaires.

L’existence de manifestations neurologiques de la maladie cœliaque est connue de longue date. Les troubles sont dominés par l’ataxie et les neuropathies pé- riphériques. D’autres atteintes du système nerveux central et périphérique ont été également décrites ; cependant, elles restent volontiers méconnues, de même que certaines présentations psychiatriques.

Cette revue systématique a pour objectifs de décrire les manifestations neuro- logiques et psychiatriques liéesà la maladie cœliaque, sur la base des données les plus récentes de la littérature.

MOTS CLÉS

Maladie coeliaque,manifestations neuro-psychiatriques,régime sans gluten

https://www.asjp.cerist.dz/en/article/111569

 
Tout le monde (grand public)

Les syndromes médullaires regroupent l’ensemble des signes et symptômes traduisant une lésion de la moelle épinière. Les syndromes médullaires sont fréquents et polymorphes, leur expression clinique dépend de la topographie de la lésion dans le plan transversal et longitudinal. Ils sont responsables de déficits fonctionnels majeurs, d’où l’urgence du diagnostic et du traitement pour éviter les séquelles irréversibles. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est un examen incontournable pour confirmer le diagnostic et identifier l’étiologie.

 
Tout le monde (grand public)

Les crises d’épilepsie sont des manifestations cliniques transitoires (motrices, sensitives, sensorielles ou psychiques) avec ou sans altération de l’état de conscience. Elles sont liées à l’activation hypersynchrone d’un groupe de neurones cérébraux. 

Une crise épileptique peut être occasionnelle et ne constitue pas en soi une maladie épileptique et ne justifie donc pas d’un traitement antiépileptique. 

L’épilepsie est définie comme un trouble cérébral caractérisé par une prédisposition durable à générer des crises épileptiques et par les conséquences neurobiologiques, cognitives, psychologiques et sociales de cette affection. La définition de l’épilepsie requiert la survenue d’au moins une crise épileptique

 
Tout le monde (grand public)

Le cervelet joue un rôle important dans la régulation et le contrôle des fonctions motrices (mouvement, posture et équilibre) ainsi que dans l’apprentissage. De ce fait, toute lésion affectant le cervelet lui-même ou interrompant les voies cérébelleuses se manifestera par une perturbation de ces fonctions, définissant ainsi un syndrome cérébelleux. 

 
Tout le monde (grand public)

Résumé:

La grossesse est envisageable chez la plupart des femmes épileptiques mais nécessite une surveillance particulière et une prise en charge multidisciplinaire impliquant le neurologue, l’obstétricien, l’anesthésiste et le pédiatre. La question de la grossesse devrait être abordée de façon systématique avec toute patiente épileptique en âge de procréer. Le projet de grossesse devrait être planifié et programmé afin d’adapter le traitement avant la conception ; le but ultime étant de réduire le risque de complications fœto-maternelles. A travers cet article, nous rapportons les données les plus récentes émanant des trois principaux registres de grossesse chez la femme épileptique : le registre européen (EURAP : The European Register of Antiepileptic Drugs ans Pregnancy), le registre nord-américain (North American Antiepileptic Drug Pregnancy Registry : NAAPR), et le registre anglo-saxon (UK and Ireland Register). En nous appuyant sur ces données, nous proposons des recommandations pour une prise en charge optimale de la femme épileptique durant la grossesse.

Mots clés:

Epilepsie, Grossesse, Médicaments Antiépileptiques, Complications Fœto-Maternelles, Tératogénicité.

https://www.asjp.cerist.dz/en/article/127833

 
par Mohamed Ghermi, mercredi 18 novembre 2020, 11:16
Tout le monde (grand public)

Interferon-γ (+874 T/A) and interleukin-10 (−1082 G/A) genes polymorphisms are associated with active tuberculosis in the Algerian population of Oran's city.

 

https://doi.org/10.1016/j.ijtb.2020.08.015

 

[ Modifié: jeudi 19 novembre 2020, 19:35 ]
 
Tout le monde (grand public)

The standard genetic code multiplet structure as well as the correct degeneracies, class by class, are all extracted from the (unique) number 23!, the order of the permutation group of 23 objects.

Journal Reference: Symmetry: Culture and Science, Vol. 18, 2-3, 149-160, 2007.  

 
Tout le monde (grand public)

This work aims at showing the relevance and the applications possibilities of the Fibonacci sequence, and also its q-deformed or "quantum" extension, in the study of the genetic code(s). First, after the presentation of a new formula, an indexed double Fibonacci sequence, comprising the first six Fibonacci numbers, is shown to describe the 20 amino acids multilets and their degeneracy as well as well as a characteristic pattern for the 61 meaningful codons. Next, the twenty amino acids, classified according to their increasing atom-number (carbon, nitrogen, oxygen and sulfur), exhibit several Fibonacci sequence patterns. Several mathematical relations are given, describing several atom-number patterns. Finally, a q-Fibonacci simple phenomenological model, with q a real deformation parameter, is used to describe, in a unified way, not only the standard genetic code, when q=1, but also all slight variations of the latter when q is near 1, as well as the case of the 21st amino acid (selenocysteine) and the 22nd one (pyrrolysine), also when q is near 1. As a by-product of this elementary model, we also show that, in the limit q=0, the number of amino acids reaches the value 6, in good agreement with old and still persistent claims that life, in its early development, could have used only a small number of amino acis.